« J’ai répondu à l’appel de la Tunisie ». C’est par ce jeu de mot que Francis, pénis et porte-parole de Dominique Strauss-Kahn, a choisi d’entamer sa visite sous nos cieux. L’ex grand argentier du monde et coureur de jupons (non, nous ne parlons pas de Peter Baelish de Game of Thrones mais bien de DSK), a déjà rencontré Béji Caïd Essebsi, avant de faire connaissance avec les membres du gouvernement tunisien. « Avec toute mon expérience, je sais quand-même par quel trou pénétrer» , a affirmé Francis, DSK refusant toute déclaration officielle.

La rencontre s’est soldée par une énorme éjaculation de Francis dans la salle de réception des invités, suite à une série de flatteries lancées par BCE, ce qui a du coup nécessité la mobilisation d’une importante équipe de femmes de ménage tunisiennes. Les détails de la suite de l’entrevue n’ont pas été divulgués, mais l’équipe de LerPesse essaye d’en savoir plus via si Kamel, pour qui ce genre de rendez-vous n’a pas de secret.

Actuellement à l’hôtel Sheraton de Tunis, où il va loger tout au long de sa visite, il nous a été parvenu que M. DSK avait déploré dès son arrivée le manque de « femmes de ménage noires et potelées » et de robes de chambre léopard.

Mlle Nefissa Todiali, femme de ménage à l’hôtel, nous a confié ses craintes, mais nous a tout de même assurés qu’elle espérait être « sollicitée » par DSK, pour pouvoir l’obliger à demander sa main, « sinon, wallah ladhim, mes frères lui couperont son Francis et en feront une ojja ! ».

Le reste du programme comprendra une entrevue avec M. Rafik Abdesslem, et ce dans le cadre de l’échangisme culturel entre les deux pays. Il a réitéré à cette occasion son total soutien à l’introduction de la polygamie dans la constitution via un référendum. Une réunion avec le gouvernement est prévue pour ce weekend. Elle sera soldée par un colloque sur la sodomie économique et financière intitulé : « comment enculer un pays en trois ans » et dont M. Mustapaha Ben Jaafer, vu le temps libre dont il jouit et l’expérience de son parti dans ce domaine, animera les débats.

Lagarde

Réagir