C’est en menant paître ses moutons non loin de la ville de Bata que Massassila Kodja, berger de profession, a découvert un cadavre gisant dans un fossé. L’homme a tout de suite contacté les pompiers et la police qui sont rapidement arrivés sur place. Premier constat : il est quasi-impossible d’identifier le mort tant le visage est tuméfié. L’absence de pièces d’identité, le fait que toutes les dents aient été arrachés et les mains sectionnées n’ont pas facilité le travail des enquêteurs.

Il a fallu attendre les analyses ADN pour se rendre compte que la victime n’était autre que le Fair-Play. Les traces génétiques retrouvées sur le lieu du drame ont également confirmé l’une des hypothèses les plus sérieuses des enquêteurs : plusieurs assaillants auraient pris part à cette agression : d’abord, des dirigeants de la CAF (NDLR: les mêmes ayant procédé au décalage suspect du tirage au sort décidant du sort du Mali et de la Guinée) ont immobilisé la victime en lui attachant les mains derrière le dos. Ensuite, c’est l’arbitre mauricien du match Tunisie/Guinée Équatoriale, M. Seechurn Rajindraparsad, qui a procédé au viol de la victime, avant de la ruer de coups de pied au visage et sur les les parties intimes.

Alors que l’arbitre est toujours gardé à vue, le mobile du crime semble toujours inconnu. Si la police criminelle penche vers un Samsung Galaxy S4, la piste Sony Ericsson ne serait pas complètement à écarter.

En marge du drame, plusieurs membres de la famille du Fair-Play et notamment son demi-frère, le racisme, ont crié haut et fort leur indignation face à ce crime odieux. Le racisme a par ailleurs tenu à rendre hommage au peuple tunisien : « Le Fair-Play a été lâchement assassiné! Amis tunisiens, le racisme est à vos cotés! Je vous soutiendrai quoi qu’il arrive! Oui, noirs et africains devraient tous aller en enfer! Oui, l’Afrique c’est de la merde! Oui, ils méritent d’être emportés par Ebola, tous autant qu’ils sont! Amine. » A déclaré le bonhomme d’un ton ferme devant un parterre de journalistes acquis à sa cause.

Réagir