En marge de l’arrestation des supporters du Club Africain en pleine manifestation samedi 9 janvier, le ministre de l’Intérieur par intérim a tenu à s’exprimer afin de clarifier la situation.

Serein et charismatique comme à son habitude, l’homme fort de l’État a expliqué que la présence des forces de l’ordre avait pour objectif d’assurer la sécurité des manifestants en premier lieu, avant que les choses ne dégénèrent de manière tout à fait inattendue.

Selon Mechichi, un policier aurait amorcé un premier contact qualifié par les présents de cordial. L’agent en question aurait sollicité un don à titre gracieux auprès d’un jeune supporter afin de financer l’acquisition d’un makloub. Aidé par la présence pacifique de la matraque, le manifestant n’a pas hésité à s’exécuter, mettant aussitôt la main à la poche. À la grande surprise de l’agent, en sortant son portefeuille, le jeune a malencontreusement laissé tomber de sa poche ce qui a été ultérieurement identifié comme un morceau du prestige de l’État.

Alertées par cette inquiétante découverte, les forces de l’ordre n’ont pas tardé à procéder aux palpations de sécurité nécessaires sur les 293 manifestants tous détenteurs de morceaux de prestige de l’État, avant de décider d’emporter tout ce beau monde afin d’en savoir plus sur les tenants et les aboutissant de cette affaire.

Suite à une nuit passée à la belle étoile pour se rafraîchir les idées, les manifestants ont confirmé les accusations de vol et de recel du prestige de l’État dont ils avaient fait l’objet, un prestige de l’État vu pour la dernière fois du côté du Kamour et porté disparu depuis.

Et pour clouer le bec aux mauvaises langues criant à l’irrégularité des arrestations ou au traitement inhumain, Mechichi a affirmé que le statut de mineur des manifestants a été pris en compte et que pour l’obtention des aveux de ces derniers, les enquêteurs se sont exclusivement appuyés sur les gifles, à l’exclusion des matraques et tout autre artifice habituellement utilisé dans ce genre de cas.

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici