C’est avec une grande fierté que les 113 habitants de la localité de Ras el Figel (Délégation de Sidi Bouzollat, gouvernorat de Gassiana) ont démarré les festivités annonçant la construction de la nouvelle faculté de médecine de la localité. Ce ne fût pas facile pour notre envoyé spécial dépêché sur les lieux de faire les 22 kilomètres de pistes rurales ayant fait suite à la route régionale 777 mais qu’importe, l’évènement était de taille.

« Je suis content que notre combat ait abouti » a déclaré Mosbah Tafi, aide-soignant à la retraite mais qui continue bénévolement à rendre service au dispensaire local de Ras El Figel, en l’absence d’un infirmier titulaire. « Le médecin ne vient ici que 2 jours par semaine, le reste du temps, c’est moi qui fait office de médecin ».

Les locaux de la nouvelle faculté étaient tout trouvés : les vastes hangars où sont habituellement déposés les sacs de blé produits dans les immenses champs agricoles de Ras El Figel (avant de les acheminer vers Sidi Bouzollat où ils prennent le train pour la capitale). « Cette grande surface sera reconvertie en amphithéâtre et en bibliothèque », assure Mosbah Tafi. Une équipe de 3 maçons et leurs assistants, enfants de la région, ayant une expérience dans les grands chantiers d’Ettadhamen, assureront la mise à niveau du bâtiment.

A la question « où sera déposée la production agricole qui fait la richesse de la région » Salah Chlila, Cheikh de la localité a dit que le seul lopin de terre adéquat au village a déjà été réservé à la construction de la nouvelle mosquée à 2 étages (la plus vaste de la région) et il ne restait donc pour la faculté que ce dépôt à retaper.

Il a fièrement précisé que la faculté de médecine était plus importante que le blé et que la science vaut plus que le pain. « S’il n’y a pas d’autre alternative pour stocker le blé, on peut ne pas le cultiver, puisque la notoriété que va avoir le bled avec la nouvelle faculté apportera les nouveaux investisseurs », avant d’ajouter avec un grand sourire confiant « Une nouvelle grande mosquée et une faculté de médecine nous permettront de postuler pour devenir un gouvernorat à part entière ».

Quand nous avons posé la question à Mosbah Tafi concernant l’hôpital universitaire qui doit obligatoirement accompagner toute faculté de médecine, le monsieur a sourit en déclarant que le dispensaire local (transformé en CHU) pouvait garantir la formation médicale aux stagiaires concernés.

Il nous a d’ailleurs assuré qu’en tant que futur doyen de la faculté, il veillera personnellement à la qualité de l’enseignement dispensé et de nombreux bénévoles du village (Belgacem Hajjem, coiffeur et circonciseur, ainsi que Rebh Sorfag, guérisseuse de Zaouiet Sidi Bourobbih et accessoirement sage femme) apporteront leur contribution pour la réussite de ce projet ambitieux.

1 COMMENT

  1. Excellente nouvelle! C’est un projet innovateur qui ouvrira beaucoup de perspectives à la commune de Ras el Figel. Je remercie Monsieur le Ministre de la santé et notre Cheikh spirituel que Dieu soit satisfait de lui! Contrairement à ce que disent ces anti-révolutionnaires, RCDistes et autres racailles la médecine est une discipline où le matériel ne compte absolument pas devant la détermination de gens comme Belgacem Hajjem, Rebh Sorfag, Mosbah Tafi et autres militants révolutionnaires et sommités!
    Bravo et bonne continuation!
    Pour les autres موتو بغيظكم!

Réagir