Affaire Orange : le sperme retrouvé sur la robe du juge est bel et bien celui de Marwane Mabrouk

6
37427

Des informations récentes viennent enfin lever le voile sur l’affaire qui a suscité beaucoup de commérages dans les halls du Palais de Justice de Tunis. Rappelons les faits: depuis le départ de Ben Ali, plusieurs entreprises soupçonnées de corruption ont été confisquées par l’Etat tunisien. Une décision contestée par plusieurs hommes d’affaires qui ont décidé de mener de véritables joutes juridiques. Malgré l’évidence des accusations portées à leur encontre, un grand nombre de sociétés ont été récupérées par leurs anciens propriétaires. Des rumeurs ont alors commencé à circuler évoquant d’éventuels sévices subis par les juges traitant ces affaires. Les rumeurs se faisaient de plus en plus grandes après que tous les présents remarquaient des taches suspectes sur les robes des juges avant chaque délibération. La dernière en date, étant celle concernant l’affaire de la nomination d’un administrateur judiciaire à la tête du groupe Orange Tunisie…

Après que le Tribunal de première instance de Tunis ait décidé, avant hier mardi 11 février 2014, d’annuler toutes les nominations décidées par Al Karama Holding au niveau des postes de management d’Orange Tunisie, Marwane Mabrouk reste à la tête d’Investec qui détient 51% de l’opérateur téléphonique.

Suite à ce jugement, le ministère de l’intérieur a ordonné la confiscation et l’analyse des robes de tous les juges impliqués dans ce genre d’affaires. Un communiqué tout juste publié révèle que les taches suspectes sont en fait « du liquide séminal produit par des glandes reproductrices mâles » celui-ci a été retrouvé sur la robe du juge qui a délibéré en faveur de Mr Mabrouk, ainsi que sur celles de tous ses confrères concernés par ce que l’on peut désormais appeler le « cumshot gate».

L’infatigable équipe de LerPesse ne s’est pas arrêté à ce communiqué mais a pu obtenir grâce à des partenaires (non sexuels on entend bien) bien infiltrés, les enregistrements vidéo du procès d’avant hier matin. Sur ceux-ci, on distingue clairement Mme Saïda Akremi, femme de l’ancien ministre de la justice Mr Nourredine B’hiri et avocate de Mr Mabrouk, en train de chuchoter à l’oreille du juge, qui se lève, tête baissée, et se dirige directement vers les toilettes. Il est immédiatement rejoint par le mari de Cyrine Ben Ali. L’enregistrement s’arrête sur une image brouillée de deux corps mâles engagés dans des activités sexuelles peu orthodoxes impliquant plusieurs membres et orifices de leur corps.

Conscient de la responsabilité de détenir ce genre d’information, le bureau directeur de LerPesse a décidé de transmettre ces vidéos à la justice en espérant que cette fois ci, le juge ne sera fera pas tâcher.

6 COMMENTS

  1. Quelle BASSESSE & quel niveau ….Du n’importes quoi, je me culpabilise d’avoir passer ces quelques minutes à voir ces fitulités !…Des pseudo-journalistes, genres ….celui à qui son Mr Rfk. Bouchlaka a offert ces qques millions dont heureusement je ne me rappelle plus du nom….Pauvre Tunisie !

  2. Pour le pauvre type qui a écrit ce torchon, je souhaite qu’on lui applique la charia en lui coupant les mains, et tout ce qui dépasse aussi,berk, un niveau mesquin et médiocre..

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here