Selon des rapports des services secrets algériens, le député de l’assemblée constituante Abderraouf Ayadi serait en fait un agent au service du Mossad israélien.

L’information peut paraître surprenante à première vue mais elle a été très vite suivie de faits : La découverte dans son bureau d’un chandelier à sept branches et d’un CD dédicacé  d’Enrico Macias ne laisse plus l’ombre d’un doute sur son affiliation à l’Etat hébreu.

Selon notre informateur au sein des services algériens, Abderraouf Ayadi s’appellerait en réalité Shlomo Ayad ; il ferait partie d’une famille juive séfarade ayant émigré vers la Tunisie à la fin du 15ème siècle.

Pour ne pas se faire repérer, il userait de la stratégie dite du « cochon d’Orwell » très connue des services secrets israéliens et consistant à accuser autrui de ce que l’on est, à savoir accuser tous ses adversaires politiques de rouler pour Israël.

Nous avons contacté l’intéressé, voici ce qu’a été sa réponse :

« C’est le Mossad qui est derrière ces insinuations fallacieuses. »

Réagir