La HAICA a pris sa décision qui est tombée comme un couperet : trois mois de suspension pour l’émission 3andi man 9ollek et son animateur vedette Aala Chebbi. Le journaliste se dit choqué par cette décision qui représente d’après lui un dangereux précédent pour la liberté d’expression en Tunisie

L’aîné des frères Chebbi avait pourtant tout au cours de cette semaine fait montre de bonne volonté, en essayant d’expliquer sa position sur cette affaire et de contextualiser ses propos qui ont été, d’après ses dires, sortis de leur contexte. C’est ainsi que dès lundi Aala Chebbi s’est prononcé pour la fourniture de contraception gratuite à tous les enfants de pédophiles en âge de procréer (12 ans selon l’OMS). En effet d’après l’animateur « ce qui a le plus choqué le public tunisien, c’est le fait que la jeune fille soit enceinte. Je suis sûr que si l’affaire s’était résumée à un viol en réunion incestueux sur mineur, personne n’aurait bronché. Ce genre de cas revient d’ailleurs fréquemment dans notre émission avec parfois des surprises intéressantes telles que des faits de zoophilie voire même (les semaines de chance) de nécrophilie. » Aala Chebbi a donc dans un geste d’un humanisme -dont lui seul a le secret- contacté le ministère de la santé publique, pour demander la fourniture immédiate de pilules contraceptives aux jeunes filles susceptibles de se faire violer par l’un de leurs parents.

Le journaliste ne s’est pas arrêté en si bon chemin et comptait même organiser un téléthon pour donner à l’Etat et à la société civile les moyens d’assurer l’éducation sexuelle des mineurs. En effet « les cas de violences lors des viols sont souvent dus au fait que le mineur n’arrive pas à satisfaire l’adulte ce qui énerve ce dernier qui a souvent malheureusement recours à des tortures et des sévices physiques de toutes sortes. Un enfant qui connait son corps et sait satisfaire son partenaire adulte est donc un enfant protégé. » Un autre volet de cette affaire sur lequel l’animateur a mis le doigt est la prolifération des tenues et attitudes provocantes des mineurs à l’encontre des pédophiles. Les monokinis des jeunes filles pré-pubères, les jeans slim, les serres-têtes, les jupes plissées… sont autant d’accoutrements qui ne peuvent qu’encourager le pédophile à abuser du jeune enfant. « Je ne cautionne pas mais je peux comprendre le père de famille qui craque devant la jupe au-dessus du genoux de sa fille de 12 ans ». Aala Chebbi propose donc une législation plus stricte quant aux vêtements pour enfants.

Malheureusement toutes ces initiatives ont été tuées dans l’œuf par la décision de la HAICA, et c’est un Aala Chebbi extrêmement déçu que nous avons retrouvé dans un des cafés de la capitale: « Trois mois çà va être dur à gérer mais je vais en profiter pour reprendre mon bâton de pèlerin et chercher des cas intéressants pour mon émission. Je dois d’ailleurs vous laisser parce que je pars à Siliana rencontrer un couple qui congèle ses enfants à la naissance pour ensuite les vendre à des pédophilo-nécrophiles moldaves qui tournent avec des pornos à destination du marché asiatique. »

La rédaction

Réagir

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.