Dans la nuit du 12 au 13 décembre, Moncef Marzouki, Président provisoire de la République tunisienne aurait été bloqué dans l’ascenseur social pendant plusieurs heures, la faute à une panne d’électricité.

Croyant que le président s’adonnait à son activité préférée, à savoir boire en solitaire enfermé dans sa chambre, le personnel du palais ne s’est pas rendu immédiatement compte de l’incident. Ce n’est qu’en entendant les cris stridents de celui-ci, que l’un des gardes du corps s’empressa d’appeler les pompiers qui sont intervenus avec leur zèle habituel.

Une fois libéré, Marzouki a immédiatement pointé du doigt la STEG (Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz), déplorant le manque d’entretien et l’incompétence des techniciens.

Joint par téléphone, Lamaï Ben Dhaou (لمعي بن ضو) , chargé des relations presse de la STEG s’est défendu des accusations adressées par le président en justifiant l’incident survenu comme suit : « Passer du statut d’alcoolique au bar PMU à celui de chef d’Etat n’est pas quelque chose de banal. Un tel passage n’est pas à la portée de tous les ascenseurs sociaux, et à plus forte raison celui tunisien, grippé depuis plusieurs décennies. L’ascension sociale du Président provisoire était tellement fulgurante qu’elle a eu raison des circuits électriques. La réparation pourrait coûter au pays plusieurs milliards de dinars… »

Visiblement peu convaincu par cette déclaration, le président aurait chargé son conseiller spécial Imed Dghij d’entamer une grande compagne de dénigrement à l’encontre de la STEG. La publication d’un livre noir sur le personnel de cette société serait même à l’étude d’après l’une de nos sources dans le palais de Carthage.

 

1 COMMENT

  1. Fonder des articles qui se veulent humoristiques sur des propos diffamatoires et calomnieux n’est pas la meilleure façon de vous faire de la publicité. Ce n’est pas la première fois que vous relayez ces rumeurs infondées sur le président de la république, qui pourrait par ailleurs, faire l’objet d’articles parodiques bien plus savoureux.
    On espérait de votre site de l’humour et une prise de distance par rapport à cette vie politique hystérisée aux trop nombreuses rumeurs nauséabondes mais vous plongez tête la première dans le piège !
    Dommage…

Réagir